Toute l'actualité générale => Evaluation du risque cardiovasculaire de la rosiglitazone (Avandia®, Avandamet® Avaglim®) - Communiqué


Au cours de sa séance plénière de juillet 2010, le comité scientifique de l’EMA (Agence européenne des médicaments), a évalué les données récentes sur le-risque cardiovasculaire des médicaments à base de glitazone. Le comité a estimé qu’il était nécessaire de procéder à des compléments d’analyse avant de rendre ses conclusions dans un avenir proche. Dans l’attente, l’Afssaps rappelle les restrictions d'indication de la rosiglitazone (Avandia®) émises en janvier 2008, pour les patients atteints de maladies cardiovasculaires en raison du risque de complications cardiaques ischémiques (infarctus du myocarde) identifié dans cette population. L’Afssaps souligne par ailleurs que cette classe thérapeutique fait l’objet, tant en Europe qu’en dehors de l’Europe, d’une réévaluation portant notamment sur les données comparant les risques de la rosiglitazone avec ceux de la pioglitazone.

La rosiglitazone appartient à une classe de médicaments antidiabétiques oraux, les glitazones, utilisées dans le traitement du diabète de type 2 pour un meilleur contrôle de la glycémie et pour la prévention des complications liées à la micro-angiopathie diabétique, touchant en particulier la rétine et le rein. La rosiglitazone est indiquée en France en deuxième intention après échec ou intolérance des autres médicaments anti-diabétiques oraux, contrairement aux Etats-Unis où elle peut être prescrite en première ligne.

Trois spécialités disposent d’une autorisation de mise sur le marché européenne: Avandia® (rosiglitazone), Avandamet® (rosiglitazone et metformine) et Avaglim® (rosiglitazone et glimepiride). Les deux premiers médicaments sont commercialisés en France. La pioglitazone appartient à la même classe thérapeutique et est autorisée dans les mêmes indications. Deux spécialités, Actos® (pioglitazone) et Competact® (pioglitazone et metformine), sont commercialisées en France, après avoir été autorisées également selon une procédure européenne.
Plusieurs phases d’évaluation de la rosiglitazone ont été conduites par l’Agence européenne des médicaments (EMA) depuis sa mise sur le marché.
En janvier 2008, un examen de l’ensemble des données disponibles (données de pharmacovigilance et études publiées) sur le risque cardiovasculaire de la rosiglitazone a ainsi démontré que les patients atteints de maladies cardiaques ischémiques* ou de pathologies artérielles périphériques** traités par rosiglitazone étaient plus à risque de présenter des effets indésirables cardiaques ischémiques. En conséquence, l’Agence européenne et l’Afssaps ont recommandé de ne pas prescrire de rosiglitazone à ces patients***.
Il faut rappeler que l’insuffisance cardiaque constitue une contre-indication formelle à la prescription des glitazones.

Début juillet 2010, l’EMA a entrepris à la demande de la Commission Européenne, une nouvelle évaluation incluant les données disponibles les plus récentes sur les médicaments à base de rosiglitazone. Dans l’attente du résultat final de l’évaluation, attendu prochainement, l’EMA et l’Afssaps rappellent les restrictions d'indication pour les patients atteints de maladies cardiovasculaires ischémiques, et ce tant pour l'initiation que pour la poursuite du traitement.
L’Afssaps souligne que la sécurité d’emploi de la rosiglitazone fait l’objet de travaux de réévaluation au plan mondial, et que la réévaluation porte notamment sur les données comparant les risques de la rosiglitazone et de la pioglitazone, en particulier le risque d’infarctus du myocarde. La FDA a ainsi récemment suspendu l’inclusion de nouveaux patients dans l’essai clinique international TIDE comparant rosiglitazone et pioglitazone, dans l’attente de ses conclusions au terme de la réévaluation du rapport bénéfice/risque de la rosiglitazone. L’Afssaps précise qu’il n’y a pas eu d’inclusion de patients dans l’essai clinique TIDE autorisé pour la France.

* maladie provoquée par une réduction du flux sanguin dans les vaisseaux qui alimentent le coeur
** maladie provoquée par une diminution du flux sanguin au niveau des jambes ou du cou
*** Communiqué du 25 janvier 2008



A lire aussi

Nos distributions

Petites annonces

  • Claudication intermittente des AOMI : arrêt de commercialisation de PRAXILENE en octobre 2020...
    Lire la suite
    2020-09-22 14:50:13
  • Traitement des taeniasis : arrêt de commercialisation de TREDEMINE...
    Lire la suite
    2020-09-22 14:49:33
  • Maladie de Parkinson : arrêt de commercialisation de la forme injectable d'ARTANE...
    Lire la suite
    2020-06-20 20:20:39

Actualités

  • COVID-19 : LES EFFETS INDÉSIRABLES SIGNALÉS APRÈS 3 SEMAINES DE VACCINATION EN FRANCE...
    Lire la suite
    2021-01-31 11:24:18
  • TRAMADOL PAR VOIE ORALE : L'ANSM RAPPELLE LES NOUVELLES RÈGLES DE PRESCRIPTION ET DÉLIVRANCE...
    Lire la suite
    2021-01-31 11:22:54
  • BON USAGE DE LA VITAMINE D CHEZ L'ENFANT : PRIVILÉGIER LES MÉDICAMENTS AUX COMPLÉMENTS ALIMENTAIR...
    Lire la suite
    2021-01-31 11:20:08
Nous suivre sur les réseaux
  • LinkedIn :
  • Twitter :
  • Facebook :